A Christmas Carol : Charles Dickens VS Disney

Ho ho ho ! Et si on profitait de cette veille de Noël pour (re)découvrir un grand classique de la littérature britannique ? Mieux ! Je vous propose de mettre en regard la version originale de Charles Dickens avec l’adaptation produite par Disney en 2009 !

disneys-a-christmas-carol_18313

L’HISTOIRE

Le personnage principal, Ebenezer Scrooge, nous est présenté dès le début de l’histoire et disons-le tout net : c’est un sale con. Avare, égoïste, grincheux, il déteste tout le monde et tout le monde le déteste. Évidemment il n’a aucun ami, ce qui lui convient parfaitement, et refuse de fréquenter la seule famille qu’il possède, son neveu. Il s’apprête donc, comme toujours, à passer la veillée de Noël seul (en allant se coucher le plut tôt possible pour économiser ses bougies).

cc-upclose

Mais ce soir-là, quelque chose d’incroyable va se produire : Scrooge va recevoir la visite du spectre de son ancien associé Marley, mort sept ans auparavant. Celui-ci erre comme un misérable, empêtré dans des chaînes forgées par les mauvaises actions commises durant sa vie terrestre. Une sinistre apparition, destinée à prévenir Scrooge de ce qui l’attend s’il ne change pas ses habitudes.

Je m’en tiendrai là pour éviter tout risque de spoil, au cas où vous découvrez l’histoire !

ebenezer-scrooge

A Christmas Carol nous plonge en plein Londres victorien, fourmillant d’activité mais surtout témoin des graves inégalités sociales de l’époque : entre bourgeois en fourrures et gamins des rues mendiant une carcasse de volaille, ces contrastes sont bien suggérés tout au long du récit. De ce point de vue, on peut rapprocher ce conte d’autres récits européens du 19e siècle, comme Oliver Twist (du même auteur), La petite fille aux allumettes (Hans Christian Andersen) ou encore Les Misérables (Victor Hugo).

LE FILM D’ANIMATION

Comme tout classique qui se respecte, A Christmas Carol a été multiplement adapté. Films, dessins-animés, bandes-dessinées : il y en a pour tous les goûts. Enfant, j’ai moi-même découvert cette histoire à travers une BD de 1978, dégotée chez mes grands-parents, sans avoir la moindre conscience à l’époque de qui pouvait bien être ce Charles Dickens.

bd dickens.jpg

Concernant la version Disney de 2009, je ne vais pas vous faire languir, pour moi c’est une parfaite réussite. De toute façon, avec un pareil casting, il pouvait difficilement en être autrement !  En effet, ce film d’animation a été réalisé par Robert Zemeckis, à qui on doit, entre autres, Forest Gump, Qui veut la peau de Roger Rabbit, Seul au monde… bref, de quoi donner envie. La musique est d’Alan Silvestri, ce qui ne gâche rien.

Les acteurs choisis quant à eux font bien plus que simplement prêter leur voix aux personnages, puisque le film utilise la technique de capture de mouvement : on reconnaît donc bien le jeu de Jim Carrey, Colin Firth et Gary Oldman. Que du beau monde !

L’adaptation est très bien réalisée (même si l’animation a un peu vieilli), et est particulièrement fidèle au texte de Dickens, jusque dans les dialogues. J’en profite pour ajouter que la VF est tout à fait valable (je suis plus indulgente moins intolérante au sujet de la VOSTFR quand il s’agit de films d’animation) !

L’ensemble est habilement parsemé de touches d’humour, qui viennent adoucir un peu la noirceur de ce conte. Car attention, ne vous y trompez pas, malgré l’estampille « Disney », Le drôle de Noël de Scrooge n’est pas destiné à un très jeune public. Certaines images peuvent effrayer (apparitions soudaines de fantômes, squelettes, tombes…), et l’histoire n’est pas si simple que cela à comprendre pour des enfants. Il devront en effet se faire à de fréquents sauts dans le temps, comprendre un vocabulaire assez soutenu et seront confrontés à des références culturelles qui leur échapperont peut-être. Je pense qu’il faut avoir au moins 10 ans pour le regarder sans dommage, et environ 12 ans pour en saisir le sens.

Le texte original me paraissant tout de même assez compliqué pour les enfants ou les jeunes adolescents d’aujourd’hui, cette adaptation de Disney reste un bon moyen d’entrer dans l’univers de Dickens !

9c122abfb69a99b39ae8841f62ae8cee-2

A Christmas Carol : parfaite lecture / séance ciné pour les vacances de Noël !

 

 

Publicités

2 réflexions sur “A Christmas Carol : Charles Dickens VS Disney

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s