J’irai cracher sur vos pubs #BalanceTonChat

Je suis tombée récemment sur un spot publicitaire qui m’a convaincue à lui seul de me lancer dans une nouvelle catégorie de billets d’humeur, que j’ai intitulée « J’irai cracher sur vos pubs » (je tenais à lui donner un nom élégant et délicat).

Découvrez sans plus tarder ce petit bijou de marketing télévisuel, qui tente quand même de nous vendre un anti-stress pour chat à base de phéromones synthétiques sur fond de sexisme ordinaire.

cat-3113513_1920

Même le chat est dépité.

Dimanche après-midi. À la télé, Stéphane Plaza vient de poser son casque de scooter pour expliquer à une famille de provinciaux comment repeindre leurs portes de placards. Nath et Alex appliquent tous les conseils prodigués par cette émission : chaque mur de la maison a été recouvert d’une nuance gris taupe ou lin clair et ils ont acheté des housses de coussin scandinaves chez Conforama. Ils savent que la clé d’une vente immobilière réussie, c’est la dépersonnalisation. Leur intérieur est donc aussi insipide que le verre de Contrex que Nath sirote devant les Reines du shopping, c’est vrai, mais au moins ils n’auront pas de mal à revendre. Même si en réalité ils ne bougeront pas d’ici car ils viennent de s’endetter pour 25 ans et les parents d’Alex n’habitent pas loin. C’est pourquoi, installés dans leur pavillon de banlieue dépourvu du moindre effet personnel, Nath et Alex n’ont rien de mieux à faire le dimanche après-midi que de regarder Stéphane Plaza à la télé.

Publicité feliway

Soudain, Alex est frappé d’un éclair de génie. Si une toile de Banksy peut prendre de la valeur en s’auto-déchiquetant, pourquoi pas le canapé ? Ce dernier n’étant malheureusement doté d’aucun mécanisme secret, Alex décide d’y aller avec les moyens du bord, et délaisse son bol pour s’attaquer à l’accoudoir recouvert de tissu gris chiné. Manger ses pop-corns à la fourchette n’était de toute façon pas une idée brillante. Étrangement, Nath ne semble pas emballée. Les femmes ne comprennent décidément rien à l’art. Elle proteste de façon très convaincante, avouons-le (ce n’est pas pour rien qu’elle est trésorière adjointe du club de théâtre).

Mais visiblement, les cinquante nuances de gris à travers lesquelles Alex évolue quotidiennement semblent lui avoir donné des envies de domination.  Il serre la mâchoire, plante son regard dans celui de Nath, et se met à grattouiller frénétiquement.

Le spot se poursuit. Nath vaque à des occupations typiquement féminines, en l’occurrence se promener dans le couloir avec une corbeille de linge, quand elle surprend Alex dans une position sans équivoque, façon cow-boy derrière un saloon. Pris la main dans le sac (si j’ose dire), Alex s’enfuit sans même prendre le temps de remonter sa braguette. La flaque humide qu’il a laissée sur le parquet, bien que totalement incolore (apparemment il y aurait des limites à ce qu’on peut montrer à la télé) ne laisse aucun doute : il s’appliquait à uriner contre un mur. Oui, vous avez bien lu. Le genre de choses que font les hommes pour marquer leur territoire, quoi. Jeter les chaussettes sales à côté de la panière, péter au lit, pisser à même le mur du salon. Après tout, il suffira de repasser une couche de peinture gris perle, il reste un pot.

feliway0

Heureusement, les copines de Nath du club théâtre sont là pour lui remonter le moral :

– Tu sais, moi Patrick il mordille toujours la télécommande, je suis obligée de la garder dans la poche de mon tablier ! Par chance nous avons une cuisine américaine, et quand il a besoin de changer de chaîne je peux le faire sans abandonner ma vaisselle, avoue Brigitte.

– Et moi Fred rentre toujours à la maison avec les semelles pleines de terre, il en mettait partout ! J’ai un truc maintenant, je l’attends derrière la porte et je lui tends tout de suite ses pantoufles, comme ça je suis tranquille, ajoute joyeusement Céline !

Rassurée par ses confidences ménagères, Nath se met en quête d’un moyen d’empêcher Alex de bousiller meubles et papiers-peints. Elle finit par tomber sur une réclame pour un « diffuseur de phéromones d’apaisement environnemental » dans le dernier numéro de Femme Moderne. Il suffit de le brancher. Cela tombe bien, il y a justement de nombreuses prises électriques chez Nath et Alex !

feliway prises.png

Nath peut désormais partager le même canapé qu’Alex sans craindre un coup de fourchette compulsif. Le miracle des hormones de synthèse a opéré, joie et docilité ont reparu au sein du foyer. Nath et Alex n’ont toujours aucun ami, à en juger par les chaises de bar éternellement vides en arrière-plan, mais ils ont déniché à Ikéa un charmant petit tapis en fausse fourrure qui camoufle à merveille les traces de griffades.

feliway.png

Cerise sur le gâteau, le chat aussi a cessé de griffer et pisser partout. D’une pierre deux coups.

Sérieusement, quand j’ai vu cette publicité pour la première fois, je venais de regarder Burger Quiz, qui ponctue ses phases de jeu par des parodies de pubs, et je me suis demandé l’espace d’un instant si j’avais bien changé de chaîne.

Quelque part dans la salle de réunion d’une agence de pub, des mecs se sont donc mis autour d’une table, et ont estimé que faire passer un homme pour un animal de compagnie mal dressé était une bonne idée. Bien bien bien… J’imagine que pour que la cible marketing se sente visée, il faut qu’elle s’identifie aux personnages. C’est ainsi qu’ils ont tout naturellement décidé de mettre en scène une répartition équitable des tâches au sein d’un couple lambda : l’homme dégueulasse tout, ne fait attention à rien – il grignote sans vergogne devant la télé, garde ses chaussures sur le canapé (en même temps, les lacets de ses Converse sont tellement pénibles à faire et à défaire qu’il doit les garder toute la journée pour rentabiliser son effort), la femme fait la lessive et résout les problèmes de pipi. Bien joué les gars.

FORTYFIVEWEEKS BLOG LOGO.png

4 réflexions sur “J’irai cracher sur vos pubs #BalanceTonChat

  1. Ne rêvons pas. J’ai fait de la publicité pendant presque vingt ans et je sais de quoi je parle. Cette publicité est une vraie réussite. Elle choque plusieurs fois, fait rire, et crée un buzz. Le fait que vous en parliez dans cet article en est un exemple flagrant. C’est tout ce qui compte et l’on sait en communication que ce qu’il faut, c’est provoquer de l’impact. Donc scandaleuse, bien fichue en allant titiller un certain type de socio-style Bobo et donc consommateur de ce type de produits, elle a atteint son but de façon remarquable et, étonnamment, va faire vendre beaucoup beaucoup beaucoup de produits.
    Quand on en parle, ça vend, que ce soit bien ou pas.
    Et de plus les mecs ont du bien se marrer en l’inventant. Là aussi, je le sais, j’en ai commis quelques unes.

    Aimé par 1 personne

    • Merci d’avoir pris le temps de laisser un commentaire. 🙂
      Je suis bien consciente de ce dont vous parlez (notamment du fait que, si la pub a attiré mon attention, et que j’en parle ensuite, c’est qu’elle a atteint son objectif…). Évidemment, ce n’est pas son côté « débile » qui me dérange (j’adore un tas de choses débiles :p), mais le sexisme ordinaire dont elle est empreinte (que beaucoup de gens ne remarquent pas, même quand on le leur montre, tant ils l’ont intégré). Reste que l’objectif premier de mon article est de faire sourire. 🙂

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s