Promenez-vous dans les bois… avec les rapaces de l’Échappée Morvan d’Ailes

Vous voyez ces numéros de fauconnerie, dans les zoos et autres parcs de loisirs ? Où les spectateurs, écrasés les uns contre les autres sur des bancs inconfortables craignent et espèrent à la fois qu’un rapace fonde sur eux, avant de se poser mollement sur un perchoir recouvert de fiente ? Où des fauconniers en costumes médiévaux font faire et refaire des figures à leurs oiseaux sous les applaudissements d’un public qui en loupe la moitié parce qu’il a le soleil dans les yeux ?

Vous voyez ?

Ce n’est pas DU TOUT de ça dont je vais vous parler. Voilà.

source

Dans mon dernier article sur Bibracte (un de mes endroits préférés), j’évoquai mon projet de participer à « l’Échappée Morvan d’Ailes ». Je rentre tout juste de mon petit séjour bourguignon et j’ai donc testé pour vous… me balader AVEC des rapaces !

Cette « balade suitée », concept inédit en France – du moins hors stage de fauconnerie – prend le contre pied des habituelles attractions que je viens d’évoquer. L’idée est bien de se promener en compagnie des rapaces : c’est nous, les humains, qui avançons à leur rythme ; le tout dans le cadre enchanteur de la forêt du Mont Beuvray.

lien présentation échappée morvan d'ailes

Comment ça se passe ?

Rendez-vous à 9h45, près de l’entrée du musée de Bibracte. La barrière interdisant l’accès au sommet du Mont Beuvray n’est pas encore fermée (de 10h à 19h en été, on ne peut grimper qu’à pied où emprunter une navette qui part toutes les 20 minutes). À cette heure-ci il n’y a presque personne, nous ne croisons que quelques cyclistes. Nous nous garons tout en haut, et nous profitons de la dizaine de minutes qui nous reste avant le début de la balade pour savourer, avec l’impression d’être seuls au monde, le panorama sur les monts du Morvan.

sommet mont beuvray

Bientôt, Maud et Julien nous rejoignent, dans le calme et la décontraction, chacun un rapace au poing. Ce matin nous sommes une quinzaine de participants (couples, amis, familles de tous âges). Julien nous présente les oiseaux : Max et Ket, deux buses de Harris. Assemblés devant lui, nous écoutons ses consignes pour une balade en toute sécurité – elles sont simples et peu nombreuses : les enfants, surtout petits, ne doivent pas courir (histoire de ne pas être confondus avec un lapin en fuite) ; nous ne devons pas tenter de toucher les oiseaux, ni essayer d’aller voir ce qui se passe si jamais ils attrapent une proie ; nous ne devons pas nous éloigner et nous isoler du groupe.

Accueil échappée morvan d'ailes

Il nous explique que cette espèce de buses américaines chasse en « équipe », telle une meute de « loups volants ». Elles ont donc l’habitude de vivre en société et nous accepteront, le temps de la balade, comme des membres de leur « famille », mais il faudra d’abord qu’elles nous observent, identifient et intègrent notre façon de bouger, la couleur de nos vêtements, la taille et la forme du groupe etc. C’est pourquoi, pendant la première partie de la balade, les fauconniers garderont leur oiseau au poing, à l’avant puis à l’arrière du groupe à tour de rôle pour leur permettre de faire connaissance avec nous.

Tout le long de la balade, qui dure plus ou moins deux heures (en fonction des oiseaux et de leur humeur du jour), Maud et Julien répondront à toutes nos questions, discuteront librement avec nous de leur travail et de leurs oiseaux, mais aussi des plantes et paysages que nous croiserons ou encore de tout et de rien… eh oui, c’est une promenade, pas une démonstration destinée à nous impressionner !

Nous progressons donc tranquillement sur des sentiers tapissés d’aiguilles de pin et bordés de hêtres moussus, le tout éclairé par les rayons intermittents du joli soleil matinal – la balade en elle-même vaut déjà le coup – quand ça y est ! les fauconniers décident de laisser s’envoler les buses. Et là, surprise ! elles vont se percher sur des branches juste au-dessus, juste à côté de nous !

Ket Max échappée morvan d'ailes

Nous continuons d’avancer, les buses nous suivent : tantôt elles se posent dans un arbre derrière le groupe, tantôt elles rejoignent Maud ou Julien en s’amusant à nous frôler et jouent à cache-cache avec les objectifs des appareils photos. Un petit grelot accroché à leur patte permet de les entendre quand nous ne les voyons plus.

Soudain, Ket semble tomber de sa branche, comme un sac lesté d’une pierre : il avait repéré une souris, et alors que nous n’avons rien vu il enserre déjà sa proie ! Bientôt, son acolyte le rejoint, il veut sa part (ils chassent en équipe, souvenez-vous). Au sol, les deux rapaces se chamaillent quelques secondes et Max, la buse la plus jeune chouine jusqu’à ce que l’autre cède. Une fois leur casse-croûte englouti, les oiseaux sortent en marchant des ronces dans lesquelles ils s’étaient un peu enfoncés.

Jusqu’à la fin du parcours, Max aura tendance à rester en arrière, cherchant sans doute une nouvelle proie ; nous l’attendons un peu puis tant pis, continuons le chemin en compagnie de Ket, visiblement plus accommodant (il se perche même sur le dossier d’un banc et prend la pose le temps de quelques photos).

Nous passons devant la chapelle Saint Martin, et la balade s’achève quelques mètres plus loin, au pied du monument en l’honneur de Jacques-Gabriel Bulliot. Max et Ket ont droit à leur récompense : quelques pattes de poulet que les fauconniers tirent de leur besace  et surtout, hmmm, un délicieux poussin.

buse de harris bibracte3buse de harris bibracte4

echappee morvan d'ailes julien

Il est midi, Maud et Julien prendront encore le temps de discuter avec chacun d’entre nous. Ils sont visiblement passionnés par ce qu’ils font (et encore, nous n’en avons eu qu’un minuscule aperçu) et prennent plaisir à le partager. Merci à eux pour cet agréable moment (encore une preuve que les gens sont sympas, à Bibracte) !

echappee

👉 Toutes les infos pratiques sur leur site

👉 et sur le site de Bibracte

👉 De nombreuses photos et actualités sur leur page facebook

👉 Mes sept bonnes raisons d’aimer Bibracte

Quelques conseils :

  • pensez à réserver la balade par téléphone plusieurs jours à l’avance, le nombre de participants est limité et elle affiche souvent complet !
  • ne vous attendez pas à autre chose que ce que je viens de vous décrire : il ne s’agit pas d’une initiation à la fauconnerie. Contrairement à ce que peut laisser croire ce reportage de France 3, les buses ne viendront pas se poser sur votre bras (mais c’était sans doute plus classe pour la télé). Il est toujours bon de rappeler que ces oiseaux, bien que dressés, ne sont pas à notre service, et il me semble qu’on prend tout autant de plaisir (si ce n’est plus) à les observer évoluer dans un milieu naturel, plutôt que contraints à satisfaire nos caprices d’humains consommateurs.

buse de harris bibracte poussin humour

3 réflexions sur “Promenez-vous dans les bois… avec les rapaces de l’Échappée Morvan d’Ailes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s