Bérénice : passion contrariée en alexandrins

L’autre jour sur un coup de tête, j’ai lu Bérénice de Racine. Il y a une explication toute simple à ce caprice soudain : le roman Titus n’aimait pas Bérénice traînait sur ma table de chevet depuis des semaines… je l’avais commandé sur un coup de tête (lui aussi) après avoir entendu un spot publicitaire à la radio,…