Najat m’a tuer (On n’est pas couché) – Le Replay de la Semaine #7

On n’est pas couché – 20/05/2017

Pour la première fois depuis plusieurs mois, je me suis à nouveau collée devant ma télé pour assister au traditionnel On n’est pas couché du samedi soir. Et je savais que j’allais m’énerver. Je le savais. La raison ? Parmi les invités, Najat Vallaud-Belkacem, notre ex-ministre de l’EN…

ONPC Najat

Le passage du premier invité, Mme Najat Vallaud-Belkacem, a littéralement mangé une heure de mon énergie hier soir. Ma télé a d’ailleurs échappé de peu à un jet de pantoufle. Madame Vallaud-Belkacem est la seule personnalité publique qui me fait cet effet-là, et ça marche à tous les coups.

Entre mépris constant pour les enseignants et grosse boulette finale face à Benjamin Biolay,  autant vous dire que je n’ai pas été déçue du voyage.

Passons sur son attitude étonnamment extatique, sur ses contradictions dans sa tentative d’expliquer pourquoi le gouvernement de Macron sera forcément mauvais. Il y aurait beaucoup à dire mais je veux me concentrer  sur le point qui me touche vraiment : la réforme du collège, et surtout le sort réservé aux langues anciennes (elle était officiellement invitée pour promouvoir son autobiographie fraîchement parue, mais allez savoir pourquoi, il a dû en être question cinq minutes à tout casser).

Pour la première fois, j’ai eu l’espoir que Vanessa Burggraf parvienne à produire un discours cohérent et efficace. Apparemment sa fille est en classe de 3e, elle avait donc l’air de savoir un peu de quoi elle parlait. Elle a notamment essayé de remettre en cause l’efficacité des EPI… et puis patatras. Elle a commencé à dire n’importe quoi : prime accordée aux profs de ZEP de « 2 400€ par mois », alors qu’il s’agit d’une prime annuelle, ce qui est légèrement différent, vous en conviendrez. Encore une preuve que tout ce beau monde parisien n’a aucune notion en ce qui concerne le niveau de vie des classes moyennes. Erreur que Mme Vallaud-Belkacem s’est empressée de ne PAS relever, évidemment, c’était trop beau (et encore une occasion de croire, pour le téléspectateur lambda, que les profs sont trop payés)…

Vanessa Burggraf commence alors à accuser Mme Vallaud-Belkacem d’avoir supprimé l’enseignement du latin et du grec. Et c’est là que ça devient intéressant. Notre ex-ministre abandonne alors son insupportable sourire pour exprimer (feindre?) la colère. Oui, Mme Vallaud-Belkacem est énervée, car les vilains journalistes relaient n’importe quoi. Grâce à elle, non seulement le latin et le grec n’auraient pas été supprimés, mais en plus ces disciplines seraient désormais accessibles à 100% des collégiens (c’est le moment où je balance tout ce qui me passe sous la main à travers mon écran de télé). Et d’ironiser, sur le mode « mais alors, expliquez-moi ce que font les professeurs de latin et de grec ? » « frappez à la porte de n’importe quel collège et vous verrez qu’ils enseignent toujours le latin et le grec ». Et personne sur ce foutu plateau n’a été capable de lui mettre des chiffres sous le nez !

Oui, Najat (je vais te tutoyer virtuellement, puisque c’est ce que tu fais dans la vidéo que j’ai reçue au moment de passer l’agreg – ne vous enflammez pas, je ne l’ai pas eue) : je continue d’enseigner le latin et le grec, mais mon service a été divisé par deux. Et ces deux matières ont tout bonnement disparu dans des dizaines d’établissements (oui, c’est ça la réalité) !

Non, les EPI n’ont jamais permis à qui que ce soit d’apprendre le latin. Construire une maquette de domus en cours de techno, étudier Arria Marcella en cours de français, c’est bien joli, c’est intéressant, mais ça n’est pas du latin. Et surtout, ça n’est qu’une expérience ponctuelle, de quelques semaines sur les trois ans que comprend le cycle 4. Comment peut-on oser comparer un projet de quelques heures à un véritable enseignement de 2 à 3h par semaine pendant 3 ans ? C’est tout simplement mensonger !

Et là, c’est le drame. Vanessa Burggraf accuse Najat Vallaud-Belkacem d’avoir réformé l’orthographe… ce serait elle qui aurait imposé « ognon » à la place de « oignon ». On frise le ridicule. Cette réforme date de 1990, et n’a rien à voir avec l’Éducation Nationale (même si les programmes de 2016 l’imposent effectivement comme référence, d’où l’amalgame)…L’occasion était trop belle pour Najat Vallaud-Belkacem, qui a donc pu, à loisir, retourner chaque info approximative à son avantage, en ponctuant chacune de ses prises de paroles d’éclats de rires parfaitement déplacés. La boucle est bouclée, à cause de Vanessa Burggraf qui s’appuie sur des fake news pour étayer son argumentation (mais bon sang, le travail de journaliste !?), Mme Vallaud-Belkacem érige la mort des langues anciennes au rang de fake news également… et réussit à se faire applaudir par le public (j’enrage).

Pour aller plus loin : 1 million d’heures perdues pour le latin et le grec

Elle n’a cessé de répéter que les enseignants sont formidables, qu’elle leur fait une entière confiance… mais dès qu’on lui apporte des éléments n’allant pas dans son sens, elle les élude en les rangeant purement et simplement au rang de mensonges. À chaque fois qu’elle a ouvert la bouche, je me suis sentie méprisée. Yann Moix lui apporte même des photos d’établissements vétustes, où la moisissure envahit les murs ? mensonge ! Les profs de LCA n’ont plus de cours de latin ? mensonge ! C’est tellement facile. Et le pire c’est que tout le monde marche. Les invités présents sur le plateau ne savaient plus que croire, allant même jusqu’à défendre Mme Vallaud-Belkacem, comme Benjamin Biolay…

Tiens, en parlant de lui, j’aimerais revenir sur la toute dernière image de notre ex-ministre, qui a attiré mon attention : au moment de quitter le plateau, elle salue un à un les invités présents, se penche à l’oreille de Benjamin Biolay et prononce cette phrase surréaliste :

« J’t’ai envoyé un message pour te dire qu’t’étais trop bien dans Dix pour cent ! »

EPIC FAIL

Madame Vallaud-Belkacem, j’ai le regret de vous dire que Benjamin Biolay n’a PAS joué dans Dix pour cent. Je sais bien que Thibault de Montalembert est parfois présenté comme une sorte de « sosie vintage » du chanteur, mais ce sont bien deux personnes différentes. Vous avez perdu encore une fois l’occasion de vous taire…

Thibault de montalembert Benjamin Biolay.jpg

À gauche, Thibault de Montalembert. À droite, Benjamin Biolay. NO COMMENT.

Les (autres) invités :

  • Les invités « chanson » : Isabelle Boulay et Benjamin Biolay pour leurs derniers albums respectifs (je n’avais déjà pas d’affection particulière pour Biolay, j’en ai encore moins maintenant que je l’ai vu défendre Mme Belkacem).
  • L’invité écrivain : Sylvain Tesson, pour la publication de son journal Une légère oscillation. Je vous avouerai que c’est la partie que j’ai le moins suivie.
  • Les invités « couple inattendu » : Gilles Legardinier, connu en tant « qu’écrivain populaire », et Mimi Mathy, que l’on ne présente plus. Ils venaient faire la promo de leur publication commune Vaut-il mieux être toute petite ou abandonné à la naissance ? Deux personnalités sympathiques, un échange intéressant.

Pour revoir le passage de Najat Vallaud-Belkacem, ça se passe ici (mais je vous préviens, si vous êtes enseignant il vous faudra une belle part de masochisme pour supporter le visionnage) :

Publicités

3 réflexions sur “Najat m’a tuer (On n’est pas couché) – Le Replay de la Semaine #7

  1. Vous avez raison sur beaucoup de points, et vous faites preuve d’une certaine mauvaise foi sur d’autres, notamment en disant qu’elle aurait qualifié de mensonge les photos des établissements marseillais, ce qui n’est pas vrai quand on regarde la vidéo. Elle a surtout rejeté la faute sur la Ville de Marseille et sur ce point elle n’a pas tort (j’habite dans le coin et il y a depuis des décennies une volonté politique de l’inaction permanente, surtout dans la culture et l’éducation, j’espère que je ne vous apprends rien).

    J'aime

    • Allez, après un nouveau visionnage, concernant ce soupçon de « mauvaise foi » que vous m’attribuez : ce n’est effectivement pas la photo qu’elle qualifie de mensonge, mais le témoignage d’un professeur que Yann Moix lui lit juste après, concernant les travaux réalisés après son passage (je me demande si ça n’est pas pire).
      Elle répond « évidemment tout ça est faux », comme si le fait d’avoir dépensé 7 millions d’euros excluait la possibilité que les travaux aient été mal conduits. Sur quels autres points trouvez-vous que je sois de mauvaise foi ?

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s