Parents Profs le Mag : les vraies fausses coulisses de la pédagogie ?

Déjà connu sur la Toile depuis quelques années, Parents Profs franchit un cap en s’exportant sur papier. L’occasion pour nous de découvrir les secrets pédagogiques de Sandrine Alvaro, d’apprendre à rester fashion pour surveiller la récré, ou encore de plonger dans l’intimité d’un Inspecteur d’Académie.

En plus d’être un webzine parodique extrêmement drôle, Parents Profs est aujourd’hui connu pour ses couvertures de magazine « qui n’a qu’une couverture ».

Mais ça, c’était avant. Ce faux magazine, que tout prof fréquentant un peu les réseaux sociaux a vu passer au moins une fois, prend chair le 30 août prochain. J’ai eu la chance de l’avoir entre les mains avec un peu d’avance, et laissez-moi vous dire que ça roxe !

LE CONCEPT

Parents Profs est un magazine tout ce qu’il y a de plus classique, comportant toutes les rubriques qu’on est en droit d’attendre de ce genre de publication, de la plus sérieuse à la plus futile. Beauté, mode, enquêtes de société, témoignages, polémiques, horoscope… bref, un menu complet et diversifié où chacun pourra trouver son compte.

La mise en page reprend à merveille les codes de la presse périodique traditionnelle, à tel point que Parents Profs se fondrait facilement dans le décor d’un étal de marchand de journaux, à mi-chemin entre Psychologies magazine et Biba.

Pas de surprise, la ligne et la cible éditoriales sont assez clairement définies par le titre : ce magazine s’adresse avant tout aux profs (en l’occurrence, plutôt à ceux « des écoles » aka « les instits »). Moins aux parents, à mon avis, qui sont toujours abordés dans les différents articles du point de vue des enseignants (cela dit, j’imagine que cela doit être instructif).

Oh ! j’ai failli oublier un détail… Parents Profs est 100% humoristique* (ce qui ne veut pas dire que tout soit faux) !

parents profs le mag prets pour la rentree2

* vous n’aurez donc pas vraiment une photo dédicacée de Philippe Meirieu en cadeau, déso pour l’ascenseur émotionnel.

LES POINTS FORTS

1. Premier bon point pour Parents Profs : la densité de son contenu.

parents profs sommaire

Chacune des 96 pages a son intérêt. Les articles sont à la fois assez développés pour qu’on ne reste pas sur notre faim, et assez courts pour qu’on ne se lasse pas. Bien joué.

N’oubliez surtout pas de tout lire. Tout. Y compris les petites lignes et les astérisques qu’on ne lit jamais.

2. Parents profs est avant tout drôle !

Une évidence que je ne pouvais pas ne pas souligner.

pub parents profs

Toutes les facettes de la vie de prof passent à travers la moulinette de textes parodiques plus réjouissants les uns que les autres : méthodes pédagogiques, relations avec les parents, marottes de formateurs, discussions de salles des profs… Souvent, c’est drôle parce que c’est vrai. Si vous m’aviez observée en train de lire Parents Profs, vous m’auriez entendue m’exclamer presque à chaque page, entre deux éclats de rire : « haaan ! c’est trop ça ! » (oui, à l’oral je fais rarement dans la grande littérature).

Il se trouve que les auteurs, Stéphane Grulet (professeur des écoles/maître formateur) et Boualem Aznag (animateur de projets d’enfants/parent d’élève) savent de quoi ils parlent, et ça se voit.

moment de panique parents profs

3. Un humour souvent mis au service de la satire.

**mode cynique on**  Finalement, ce en quoi excellent le plus les profs n’est-il pas de se plaindre ? N’est-ce pas même d’ailleurs à ça qu’on les reconnaît, en bons fonctionnaires nantis qu’ils sont ? **mode cynique off**

Nous sommes tous conscients de l’existence de dysfonctionnements, au sein de la société en général, et de la « machine » Éducation nationale en particulier. Parents profs s’en amuse pour mieux les critiquer. Parents démissionnaires et/ou procéduriers, classes surchargées, photocopieuse en panne, dérives pédagogistes et Cyril Hanouna, tout y passe.

J’imagine aisément que toute ressemblance avec des personnes réelles n’est ni fortuite, ni involontaire. C’est ainsi que vous retrouverez au fil des pages Jean-Éric Semmour, Maria Montessirop, André Anfibi ou encore Christine and the DDEN.

sandrine alvaro parents profs

Mention spéciale pour cette interview de « la star de la pédagogie » Sandrine Alvaro : un vrai modèle de causticité !

À gauche, l’originale. À droite, la parodie. (À moins que ça ne soit l’inverse ?)

Je vous invite d’ailleurs à lire cet article de septembre 2016 qui explique pourquoi, alors qu’elle transmet un message positif, Céline Alvarez (la vraie) divise la communauté enseignante. Extrait :

Parmi les Alvarez-sceptiques, beaucoup regrettent qu’elle soit présentée par les médias comme une enseignante révolutionnaire : bien d’autres enseignants en font autant tous les jours dans leur classe depuis des années sans tambour ni trompette et la plupart de ses propositions relèvent du simple bon sens. […]

Certains enseignants reprochent également à Alvarez de n’avoir enseigné en tout et pour tout que trois années, dans un contexte unique et particulier puis d’avoir quitté le navire, pour ensuite prendre la parole en experte d’un système qu’elle n’a pour ainsi dire que peu fréquenté – d’où une présentation de l’école jugée caricaturale et manichéenne. Manque d’humilité, méconnaissance de la diversité des pratiques et des contextes : comment peut-on penser ainsi avoir fait le tour de la question éducative quand des années de pratiques sont indispensables pour comprendre les subtilités de ce métier ? […]

On reproche aussi à Alvarez d’avoir bénéficié, lors de son expérience à Gennevilliers, de conditions tout à fait particulières : un emploi du temps en marge de l’école, une Atsem supplémentaire (payée par l’association « Agir pour l’école »), élèves gardés dans une même classe trois années durant, mise à disposition d’un matériel spécifique coûteux.

MON VERDICT

Après une chronique aussi dithyrambique, vous ne serez pas surpris d’apprendre que Parents Profs est pour moi un coup de cœur : je recommande ce livre à tous mes collègues profs, sans réserve aucune ! Chaque page devrait vous tirer un esclaffement*. Les auteurs pédago-rigolos (comme ils se présentent eux-mêmes) pointent nos petits défauts et les absurdités du système avec subtilité ou exagération, et réussissent à nous faire rire quand il y aurait parfois de quoi pleurer. En plus, ils ont l’air sympa.

*ce mot existe, j’ai vérifié  😉

Alors, prêts pour la rentrée ?

parents profs le mag prets pour la rentree

♥ Merci aux Éditions Jungle pour leur collaboration !

Parents Profs,

Stéphane Grulet et Boualem Aznag,

Éditions Jungle (août 2017) – 96 pages

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s